Select Page

Auteur : Samuel Lodeon

[Sauvegarde] Comment Acronis compte remuer le secteur ?

En matière de sauvegarde, on pensait avoir (presque) tout vu. On n’avait à priori pas besoin non plus d’un nouvel acteur, le marché étant déjà, comme vous le savez, bien fourni. Pourtant, Acronis, fort de son expérience sur le marché grand public, se fait depuis quelques temps déjà une place de choix sur la partie entreprise, et notamment sur les environnements virtualisés et cloud. Qu’apporte-t-elle de plus que les autres ? Mérite-t-elle sa place sur le marché ? Pour en savoir plus, je suis allé à la rencontre de Laurent Rousseau, Senior Sales Engineer chez Acronis. En tant qu’acteur grand public reconnu, n’était-ce pas un peu risqué d’investir le secteur des entreprises ? Pourquoi ce choix stratégique ? Il y a dix ans, un ingénieur russe a eu l’idée de développer une technologie de snapshot, qui permettait de figer le système et les données pour pouvoir les sauvegarder de manière fiable et d’avoir ainsi une image cohérente lors de la restauration sur le même matériel ou un matériel différent. Acronis était né. Ce principe de snapshot était une bonne idée puisqu’on la retrouve partout aujourd’hui. Certes, la solution au départ était à destination des PCs, et certes, le secteur est très concurrentiel aujourd’hui, mais nous avons eu le sentiment de pouvoir vraiment apporter notre pierre à l’édifice en continuant nos développements. Quand on adresse le monde de l’entreprise, on...

Read More

Sauvegarde : faut-il préférer les appliances ?

On en parle peu et pourtant, elles font un carton. Le marché des appliances de sauvegarde explose. Vincent Videlaine, Directeur des partenariats technologiques chez Symantec -avec qui nous travaillons notamment chez SCC-expliquait dans une tribune récente que selon IDC, ce marché a atteint un chiffre d’affaires de 2,4 milliards de dollars en 2011, soir + 43,4 % en un an. IDC prévoit d’ailleurs un taux de croissance annuel cumulé (CAGR) de 19,4 %, pour un marché qui devrait totaliser près de 5,9 milliards de dollars fin 2016. Pourquoi tant de succès ? Parce qu’elles répondent particulièrement aux besoins de gérer la croissance des données, en réduisant au maximum la fenêtre de sauvegarde dans un contexte où les infrastructures sont de plus en plus virtualisées. Et, alors que les budgets sont de plus en plus restreints, elles permettent de réduire fortement les coûts de ses sauvegardes. Les appliances d’aujourd’hui ne sont plus celles d’hier En fait, on assiste à une standardisation du serveur de sauvegarde. Une appliance n’est finalement qu’un serveur + un Logiciel+ du stockage. Je vous l’accorde, rien de révolutionnaire : le concept existe depuis longtemps. Mais aujourd’hui, les appliances sont bien plus performantes qu’auparavant : elles regroupent le meilleur du serveur, le meilleur du stockage, et le meilleur du logiciel pour répondre aux besoins. Les solutions sont complètes et totalement intégrées. Les technologies disques, Flash, la déduplication...

Read More

En 2013, soyons polymorphes !

Haro sur le gaspillage ! Un rapport de l’Evaluator Group indiquait il y a peu que les entreprises utilisent en moyenne seulement 30 % des capacités de leurs disques physiques pour leurs applications. Soit 70 % du budget en capacité de stockage qui n’est pas utilisé, alors que les administrateurs peinent à gérer des dizaines d’architectures disparates. Tout cela crée une infrastructure complexe qui force souvent les organisations à choisir entre fonctionnalités et coût. Et empiler de nouvelles fonctionnalités sur des architectures anciennes rend le tout assez cauchemardesque… Aujourd’hui, l’idéal est de ne plus sauvegarder tout, tout le temps, et de bien choisir les architectures de sauvegarde qui sont réellement adaptées aux besoins du client. Pas forcément évident à première vue, mais de récentes innovations viennent changer la donne. Par exemple, certains fournisseurs, à l’instar de HP que nous intégrons chez SCC, proposent des offres qui se basent sur des technologies de déduplication avec un moteur conjoint installé soit sur des appliances, soit dans des machines virtuelles, que l’on peut poser n’importe où, en fonction du besoin : grâce à cette approche, on peut avoir une gestion de plus en plus fine de la déduplication, et de la sauvegarde en général. Polymorphe, vous avez dit polymorphe ? Plus généralement, on parle en fait désormais de stockage «polymorphe» (ou polymorphic en anglais). De quoi parle-t-on ? Afin de mieux comprendre,...

Read More

Sauvegarde : Arrêtons les frais

«On verra bien…». Voilà souvent la réponse des entreprises, lorsque à notre grand étonnement, nous découvrons qu’aucune politique de sauvegarde n’a encore été mise en place. Impossible ? Tout le monde sauvegarde au moins un peu ? Aussi étonnant que cela puisse effectivement paraître, c’est pourtant encore une situation fréquente. Coût, complexité, manque de savoir-faire sont les raisons les plus souvent invoquées. Soyons un peu sérieux : ces arguments tiennent-ils toujours, à une époque où l’on regorge d’outils efficaces et simple d’utilisation ? Certes, on pourrait nous accuser -tel un assureur- de vouloir à tout prix placer une solution...

Read More