Avec l’IA, le data center déploie une nouvelle intelligence

Avec l’IA, le data center déploie une nouvelle intelligence

Loin de s’essouffler, l’intelligence artificielle se démocratise. Encore faut-il, et faudra-t-il, se donner les moyens de développer un environnement suffisamment ouvert et flexible pour intégrer et orchestrer la complexité croissante des technologies ainsi que le volume des données. Le datacenter à l’heure de l’IA fera rimer hybridité, sécurité et écoresponsabilité.

 

Flexibilité et connectivité

Dopée par une puissance de calcul, une disponibilité et une volumétrie des données qui vont crescendo, l’intelligence artificielle (IA) est une réalité technologique. En 2017, un quart des DSI et chefs d’entreprises avaient adopté des outils d’IA ; ils sont aujourd’hui à 60 % au dernier stade de l’adoption (1). L’environnement du data center n’aura d’autre choix demain que de s’adapter aux nouveaux enjeux de stockage, d’accessibilité et de gestion des données qui, pour 80% d’entre elles, se trouvent dans les entreprises. Comment ? Grâce à des plateformes IT capables de répondre à des besoins en perpétuelle évolution. L’exploitation du big data suppose en effet une flexibilité et une connectivité sans faille, ce qui équivaut à repenser l’environnement du data center, de son infrastructure matérielle à son intelligence logicielle, en passant par le calcul Haute Performance.

 

Vers un data center composite  

Toute la valeur de l’IA repose sur l’analyse et la transmission des données « environnementales » et ce, dans un laps de temps très court. Or le Edge Computing, qui traite les données là où elles sont stockées localement, permet de déplacer la puissance informatique à la périphérie. C’est pourquoi le modèle fait l’objet d’une attention particulière quand il s’agit de traiter les données massives et de libérer la bande passante. D’ici 2025, près de 20 % de la data générée sera traitée en temps réel, au lieu de transiter par le réseau pour ensuite être traitée (2). L’intelligence artificielle encourage un environnement mixte, orchestré à plusieurs niveaux, selon une architecture de Cloud Computing centrale bénéficiant de la puissance de calcul, et une approche capable de traiter et de stocker les données stratégiques sur site. D’après les prévisions de Gartner, 90 % des entreprises adopteront d’ici 2020 une infrastructure hybride, en mesure de répondre aux impératifs de rapidité et de sécurité.

 

L’IA au service du data center

Mais l’intelligence artificielle ne se « limite » pas à redéfinir les contours du data center. Car si elle s’appuie sur l’évolution des environnements IT, devenus de véritables « hubs d’interconnexion », elle optimise aussi leur efficacité propre. Les data centers commencent notamment à exploiter les ressources de l’IA afin de détecter les risques de cybermenaces : 40 % des professionnels de la cybersécurité tirent déjà parti de l’automatisation et des technologies de l’IA pour protéger leurs systèmes d’information. Autre enjeu déterminant : la réduction de l’empreinte énergétique au sein du data center qui bénéficie alors de l’agrégation des données issues de capteurs surveillant la température, le refroidissement ou encore la consommation électrique.

L’intégration des fonctions d’IA va donc beaucoup plus loin que la « simple » refonte du data center. Elle lui dessine même un nouvel avenir et un rôle écoresponsable et sécurisé, au service de l’innovation et de la croissance de l’entreprise.

 

 

(1) Source : Sondage Infosys auprès de 1053 dirigeants issus de 7 pays (dont la France)

(2) Source :  Etude Data Age 2025 (Seagate)

About The Author

Frederi Mandin

Directeur Technique IA

Baptiste Simon

Responsable BU Cloud & Services Managés

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter