Sélectionner une page

Demain, la ville à très haut débit

Demain, la ville à très haut débit

Plus de débit, de rapidité, de couverture pour connecter plus d’individus et d’objets. L’arrivée prochaine de la 5G devrait profiter au concept de Smart City dont la montée en puissance est étroitement liée au déploiement des objets connectés. Il s’agira demain d’absorber la croissance exponentielle du trafic mobile et de se doter d’un réseau capable de concilier débits élevés, échanges de données en temps réel et faible consommation électrique des équipements.

 

Ville du futur, couverture du futur

Loin de prendre simplement « le relai » de la 4G, le réseau de téléphonie mobile de 5ème génération fait déjà figure de petite révolution. La norme 5G devrait apporter trois principales améliorations : les débits, la latence et la densité. Sa principale innovation repose sur une architecture logicielle capable de s’adapter à ces trois paramètres selon le modèle du « network slicing ». Cette « découpe » virtuelle d’un réseau de télécommunications en plusieurs tranches permet de fournir des performances différentes et d’allouer des ressources dédiées par type d’usage ou d’objet. Au-delà de sa promesse de débits (de 100 Mbit/s en moyenne à un maximum de 20 Gbit/s), la 5G pourra fédérer des milliards d’objets connectés, avec une réactivité presqu’en temps réel qui s’accompagne d’une baisse des coûts et de la consommation d’énergie.

 

Vers un IoT de plus en plus interconnecté

En utilisant des ondes à plus haute fréquence (multiplication par 10, voire par 100 du débit de données cellulaires), ce nouveau standard permet de réduire le temps de latence à une milliseconde et d’alléger l’utilisation de la batterie. En cela, il est particulièrement adapté aux objets connectés. Or, tout le concept de la Smart City dépend de la connectivité de ses différents réseaux, eux-mêmes alimentés par un volume de données issues des capteurs et des IoT (Internet des Objets). Ce sont des millions de capteurs qui seront connectés ou, l’exemple est toujours parlant, des voitures autonomes qui devront communiquer entre elles et avec des infrastructures urbaines. La ville intelligente devra alors conjuguer le besoin télécom bas débit des IoT et une bande passante accrue pour les applications et l’utilisation des capteurs plus gourmands en données. 

Un grand nombre de collectivités locales exploitent déjà l’IoT, ne serait-ce que pour déployer des capteurs environnementaux, effectuer la télérelève des compteurs d’eau, de gaz ou d’électricité… Les usages sont nombreux et multiples. Mais parmi les enjeux qui s’imposent inévitablement au cœur du développement des grandes agglomérations figure la sécurité. Au cours de la prochaine décennie, l’adoption à grande échelle des technologies connectées devrait contribuer à mieux sécuriser les environnements urbains. Par exemple, grâce aux débits de la 5G, les caméras de vidéosurveillance nomades gagneront en capacité, en résolution d’images et donc en efficacité.

 

Un nouvel écosystème urbain

La phase d’expérimentation se poursuit, jalonnée tout au long de l’année par des initiatives tests dans plusieurs villes de France. Ce déploiement tient compte aussi d’une phase de normalisation entre les opérateurs, les équipementiers et les industriels, en quête de consensus sur les fréquences et technologies à l’échelle mondiale. C’est au cœur des villes de plus en plus intelligentes que la 5G prend tout son sens, là où émergent de nouveaux modèles économiques et où se concentrent les formes d’intelligence embarquée qui nourrissent le concept de Smart City (dans les domaines de la mobilité, du bâtiment, des transports, de la santé ou encore de l’éducation). L’année 2019 devrait être marquée par une série de développements intelligents et prometteurs fondés sur l’adoption de technologies IoT au sein des infrastructures urbaines connectées.

A propos de l'auteur

Frederic Charron

Directeur Technique IoT

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter