“Everything as a Service”, oui mais jusqu’où ?

“Everything as a Service”, oui mais jusqu’où ?

C’est une petite révolution qui gravite dans l’espace du Cloud Computing. Ou comment accéder et tirer parti de la technologie « en tant que service » ? Les secteurs sont nombreux à se projeter dans une économie où le modèle « Everything as a Service » leur promet déjà une adaptation plus rapide aux évolutions du marché et une augmentation de leurs profits.

 

Adopter le modèle XaaS pour être plus efficace

Dans un monde virtualisé qui se structure de plus en plus autour de l’informatique « en tant que service », les SaaS (Software as a Service), les PaaS (Platform as a Service) et autres IaaS (Infrastructure as a Service) n’en finissent plus de fleurir pour tendre vers un service unique sous l’appellation XaaS (Everything as a Service). Que retenir de ce modèle encore émergent au sein des entreprises pour lesquelles l’adoption d’un ensemble de technologies délivrées via le Cloud est la source d’une nouvelle efficacité ? Les XaaS sont-ils voués à s’étendre à toutes les industries traditionnelles ou ne sont-ils pas finalement que l’expression d’une tendance du marché ? Ne traduisent-ils pas tout simplement un engouement plus large pour l’économie du partage ?

 

Une palette de services associés au Cloud

Réduction des coûts, flexibilité, scalabilité, maintenance : les avantages du modèle XaaS sont nombreux et permettent par ailleurs un accès aux technologies les plus récentes. Il regroupe en effet un ensemble de services associés au Cloud. Parmi eux, les SaaS permettent d’utiliser les applications du fournisseur sur une infrastructure Cloud et les PaaS offrent aux entreprises l’opportunité d’externaliser l’hébergement des outils logiciels et matériels de développement d’applications. Quant aux IaaS, ils font bénéficier à leurs utilisateurs de ressources informatiques virtualisées tels que la puissance de calcul, l’espace de stockage ou les systèmes d’exploitation.

 

Et que dire encore des différentes déclinaisons de DaaS que sont les « Desktop as a Service », « Data as a Service » et « Device as a Service », entre infrastructure bureautique virtuelle, traitement et valorisation des données et gestion du parc informatique.

 

Le paysage s’enrichit de nouveaux services en ligne et la croissance prévue notamment dans les domaines des IaaS, PaaS et SaaS traduit une avancée grandissante, voire inexorable, vers le Cloud public. Selon Gartner, en 2016, environ 17% des revenus générés par les services d’infrastructure, de middleware, d’applications et de business process provenaient du Cloud. D’ici 2021le Cloud pourrait représenter un total de 28% de ces revenus.

 

 

 

 

Un bouleversement profond des modèles économiques

A en croire les 3/4 des dirigeants et des cadres supérieurs, le modèle XaaS a eu un impact positif sur leur secteur d’activité, leurs produits et leurs services. Adopter une approche « Everything as a service » bouleverserait plus profondément encore leurs modèles économiques. Avec, à la clé, un déploiement des services au-delà des marchés traditionnels, une ouverture vers l’international et une augmentation des revenus. (1)

 

Les secteurs sont de plus en plus variés et nombreux à se conjuguer « as a Service ». Dans le « Game as a Service » par exemple, le joueur paie un droit d’accès à un service dans le Cloud. Et les nouveaux transports de MaaS (Mobility as a Service) envisagent déjà le passage de la voiture individuelle à un mix de services de mobilité publics et privés. Plus loin encore, les XaaS pourraient bien ouvrir plus largement la voie à la maison connectée en privilégiant l’accès aux technologies sous la forme de services et d’abonnement.

 

  • Source : enquête DJS Research, avril 2018

 

About The Author

SCC

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter