Select Page

Gestion du Cloud : quelle plateforme choisir ? Zoom sur 2 plateformes

Gestion du Cloud : quelle plateforme choisir ? Zoom sur 2 plateformes

Le Cloud étant le modèle idéal pour régler les problèmes liés au support technique interne, à l’agilité des ressources informatiques et aux coûts, il est souvent associé à des outils qui permettent de faciliter sa gestion. Néanmoins, sa gestion fait partie des grandes difficultés en matière de déploiement du Cloud Computing en entreprise. Choisir des outils de gestion n’est pas vraiment chose aisée car il convient de prendre en considération une longue liste de critères.

 

Opter pour l’Open Source, pour une gestion efficace du Cloud

Pour beaucoup d’entreprises aujourd’hui, les outils Open Source semblent être les solutions les plus appropriées pour maîtriser le Cloud. Tout dépend de la durée et des ressources et compétences que nécessite le projet. Il faut également prendre en compte le niveau de maturité de l’équipe IT, son planning et son budget. Et si ce dernier est conséquent, il est préférable de tenter une salve d’outils.

L’objectif est de fournir une plateforme de services pour administrer des machines virtuelles dans le Cloud et deux mouvements Open Source se dessinent. Les deux drainent une grande communauté de développeurs : OpenStack et CloudStack.

OpenStack, le socle standard du Cloud

À ce titre, OpenStack est un projet de plateforme de Cloud Open Source. Le code source est géré par la Fondation OpenStack et distribué sous licence Apache, ce qui permet de distribuer et de modifier librement le code – sous réserve de conserver les mentions originales relatives aux droits de reproduction.

En bref, il s’agit d’une couche logicielle Open Source installée pour mettre en place un Cloud privé ou public. Néanmoins, cette installation requiert de nombreux outils. On retrouve donc Nova pour le provisionnement de Virtual Machine, Glance pour le dépôt d’images disques, Neutron pour la gestion du réseau et de la connectivité entre services OpenStack et Keystone pour l’authentification et la gestion des droits. Quant aux outils de stockage, ils comprennent Swift pour mettre en place un stockage objet et Cinder pour le stockage en mode bloc pour les VM.

D’autres outils existent et sont compatibles avec tous les types de Cloud et notamment OpenStack. Ainsi, en tant que plateforme de gestion de Cloud publiée par Walmart Labs sous la licence Apache 2.0, OneOps exploite les environnements Cloud OpenStack, mais également Microsoft Azure et Amazon Web Services. Cette plateforme permet de créer et de gérer des instances de machines virtuelles, ainsi que gérer les paramètres de sécurité. Elle a aussi la capacité à déplacer des applications d’un nuage à l’autre, à l’envie, afin de trouver l’environnement d’hébergement Cloud asocié au coût le plus bas et aux meilleures fonctionnalités.

Il existe également une multitude de solutions Open Source qui permettent de gérer efficacement un ensemble de conteneurs s’exécutant dans un Cloud. Parmi ces outils, on retrouve Fleet de CoreOS, Machine, Swarm et Compose de Docker, ou encore Kubernetes de Google. Ce dernier fournit des fonctionnalités similaires à celles de Fleet ou encore de Swarm, mais il est aussi le leader dans l’espace de gestion des conteneurs sur les Cloud publics et privés.

CloudStack, la face cachée du Cloud

Autre solution voisine d’OpenStack, CloudStack est une solution Open Source utilisée pour déployer et gérer de larges réseaux de machines virtuelles. Elle permet donc de bâtir des services de Cloud de type Iaas. Elle a notamment été développée par Citrix, qui l’a offerte à la fondation Apache. Aujourd’hui cette solution revendique le rôle de fer de lance du Cloud Open Source et est devenu un Top Level Project de la fondation Apache.

CloudStack est un outil Java multi-tenant qui prend en charge plusieurs hyperviseurs comme XenServer, KVM, Hyper-V ou encore vSphere, et gérer leurs instances de stockage. Il propose aussi des API pour l’intégration de logiciels et une interface Web pour la gestion du Cloud. Par ailleurs, CloudStack peut orchestrer des services réseau tels que DHCP, NAT, des pares-feux et des VPN, offrir des fonctions de reporting pour les ressources de réseau, de traitement et de stockage et assurer la gestion des utilisateurs.

De plus, CloudStack offre aux utilisateurs la possibilité de conserver les investissements  existants en matière de virtualisation, qu’ils soient basés sur KVM, Oracle VM, vSphere, XenServer ou sur un mélange de ces technologies, tout en leur permettant de poursuivre la croissance de leur infrastructure virtuelle.

 

 

 

 

 

 

About The Author

SCC

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter