Select Page

Hybrid IT : l’externalisation de l’IT gagne du terrain

Hybrid IT : l’externalisation de l’IT gagne du terrain

Parce que leur rôle est de plus en plus stratégique au sein des entreprises, les DSI plébiscitent largement aujourd’hui l’Hybrid IT et l’externalisation de leurs centres informatiques. L’objectif : redistribuer intelligemment les ressources IT, de manière à pouvoir se concentrer sur l’innovation et la création de valeur.

Transformation digitale et mutation de la DSI

On le sait : la digitalisation de l’économie transforme les entreprises en profondeur, dans toutes leurs composantes, qu’elles soient stratégiques, techniques, opérationnelles ou organisationnelles. Les plateformes et autres outils digitaux prennent naturellement une place prépondérante dans les interactions entre l’entreprise, ses clients et ses partenaires. Si bien que l’innovation et la performance technologique, en particulier celles des infrastructures informatiques, deviennent un atout majeur de compétitivité.

A ce titre, le rôle du DSI a évolué : il est désormais le garant de cette innovation, et sa fonction ne se limite plus à la seule maintenance des infrastructures et systèmes informatiques. Ce qui signifie qu’il doit redistribuer ses ressources en conséquences, pour assurer l’intégration de technologies de plus en plus complexes et évolutives, et développer des applications et des services de plus en plus performants. Tout en adressant, bien sûr, les contraintes à la fois de budget, de sécurité et de réactivité qui lui sont imposées.

L’Hybrid IT de plus en plus plébiscité

Pas étonnant, dans ce contexte, que l’informatique hybride (ou Hybrid IT) ait le vent en poupe ! Consistant à combiner plateformes physiques sur site et infrastructures externalisées dans le cloud, l’Hybrid IT semble en effet offrir le meilleur des deux mondes. D’un côté, la flexibilité, la scalabilité et la rentabilité d’une solution de cloud computing ; de l’autre, la sécurité, le contrôle et la gouvernance requises pour des ressources choisies.

Ainsi, selon une étude menée par le cabinet Data Center Dynamics, 77% des DSI confirment vouloir recourir à une informatique hybride. 30% ont déjà migré des ressources de stockage et de calcul dans le cloud, permettant ainsi de libérer des ressources pour se consacrer davantage à la recherche d’innovation ainsi qu’aux demandes des utilisateurs. De nombreux DSI estiment qu’en externalisant l’administration de leur infrastructure, ils s’aligneraient mieux sur les évolutions technologiques, et gagneraient également en réactivité face aux évolutions des besoins de leurs utilisateurs.

Et la tendance à l’externalisation ne va aller qu’en s’intensifiant : on estime qu’en Europe, entre 2016 et 2020, les investissements vers les data centers de colocation devraient connaître une progression annuelle de plus de 13,5% par an, et les services managés de 16% sur la même période.

Autant de solutions que d’entreprises

Toutefois, parce que chaque organisation est unique, il n’existe pas de recette miracle : il revient à chacune de déterminer la bonne combinaison, selon le bon dosage, entre data centers de colocation, services managés et services cloud, afin de répondre de manière optimale à ses propres besoins et ses propres contraintes. Tout en tenant compte de sa maturité digitale.

Des solutions packagées aux modèles en SaaS, en passant par les suites de produits, la liste des outils de gestion d’environnements hybrides disponibles sur le marché ne cesse de s’allonger. Les gros fournisseurs de services Cloud, comme Azure ou AWS, commencent ou sont sur le point de proposer des solutions d’administration et de gestion opérationnelle entre les clouds privés et publics.

Dans tous les cas, et quelle que soit la solution d’externalisation retenue, les questions de sécurité, de flexibilité et de garantie de niveaux de services doivent être attentivement considérées. Ce ne sont qu’à ces conditions que la DSI pourra véritablement s’affranchir des préoccupations de maintenance d’infrastructure, et se recentrer sur l’innovation, les besoins métiers et la création de valeur.

About The Author

SCC

Et si nous parlions métiers ?Rendez-vous sur le blog AucoeurdesMétiers
+