Select Page

Le stockage flash : pour qui ? Pour quoi ?

Le stockage flash : pour qui ? Pour quoi ?

Les technologies flash ont le vent en poupe et supplantent le stockage traditionnel à de nombreux titres. Plus stable, plus performant, le stockage flash ouvre des champs d’exploration business jusqu’ici inaccessibles aux entreprises dotées de systèmes ancienne génération. S’il est entendu qu’un stockage flash pour l’archivage relève d’un luxe inutile, il se révèle emblématique des opportunités de croissance, sur toutes les données d’exploitation et les logiciels stratégiques.

Des stratégies de la donnée mais un stockage flash

A la base de la transformation digitale de l’entreprise, la donnée engendre une succession d’interrogations. Comment la collecter, la stocker, la traiter et l’exploiter ? C’est en grande partie le secteur d’activité de l’entreprise qui guidera les stratégies à adopter. Un distributeur d’énergie trouvera dans les « smart grids » des solutions de collecte en temps réel ou asynchrone idéalement conçues pour une meilleure gestion du réseau. Un « pure player » familier des protocoles saura faire siens les enseignements tirés des habitudes de navigation des internautes. Une entreprise d’un secteur plus traditionnel aura, quant à elle, pris soin d’enrichir la qualité de ses données CRM entre autres.

A chacun ses solutions de collecte, à chacun ses stratégies d’exploitation. Mais quid du stockage ? Toutes les données d’exploitation exigent d’être accessibles en continu, pour des raisons d’accélération des circuits commerciaux et d’innovation business. Le besoin de stabilité, voire de résilience des structures conduit en outre à étudier sérieusement des solutions plus performantes. C’est tout l’objet du stockage opéré par les technologies flash.

Rationalisation des coûts de stockage flash

Autant le dire d’emblée. Qui a goûté au flash ne voudrait plus revenir en arrière. C’est d’autant plus vrai que les coûts ont sensiblement diminué ces dernières années. Le flash se place dans la lignée des nouveaux modes de consommation de la donnée en entreprise. Parce que, si le stockage aussi performant soit-il, ne suffit pas à la croissance, il y participe au même titre qu’une infrastructure solide.

Pour les gros producteurs et / ou consommateurs d’informations, la possibilité offerte de comprimer la donnée et d’en éviter la duplication, c’est-à-dire de ne pas opérer de double stockage, présente un avantage tarifaire à intégrer dans ses critères de sélection. Les baies flash sont capables aujourd’hui de stocker avec un ratio de 4 pour 1.
Par ailleurs, et quand bien même se trouve-t-on dans une période technologique charnière, les logiciels métiers stratégiques faits maison sont encore légions dans l’entreprise. Vieillissants, pas toujours bien paramétrés ou évolutifs, causes de ralentissements, ils sont au demeurant utilisés chaque jour. Installés sur une baie flash, ces logiciels retrouvent de la vélocité et l’entreprise un délai suffisant pour orchestrer correctement un changement de logiciel, sans surcoût lié à l’urgence.

Répondre par le flash aux nouveaux usages

“Dans l’entreprise, le point de contention technologique s’est déplacé et ne concerne plus le stockage”, rappelle Laurent Bartoletti, expert storage solutions chez Hitachi Data Systems. En effet, avec le flash, il n’y a plus de frein dû aux problématiques de stockage et les directions des système d’informations ont à leur disposition toutes les solutions en fonction de leurs budgets pour répondre efficacement aux enjeux analytiques des métiers. Car, c’est encore eux, les métiers, les prescripteurs de ces solutions performantes. Temps réel, recoupement, exploration… seul le flash est en mesure d’apporter la puissance et la stabilité nécessaire.

Dans ce voyage vers plus de services adaptés, plus de solutions clients personnalisées, les entreprises traditionnelles adoptent les unes après les autres une attitude confiante et professionnelle pour les plateformes en ligne, la mobilité et le crosscanal. Mais quoiqu’il arrive, elles doivent pouvoir s’y inscrire de façon douce et progressive sans créer de rupture avec leur informatique legacy.
C’est particulièrement vrai pour le secteur bancaire. La banque en ligne était une innovation attendue mais les guichets ont encore de belles heures devant eux. C’est tout aussi vrai pour des secteurs moins dotés mais dont le renouveau passera par une offre plus proche des attentes clients, plus conforme aux souhaits des utilisateurs dont les pratiques digitales sont bien ancrées.

Alors le flash, pour tout le monde ? C’est indéniablement à étudier de près au moment du renouvellement de l’architecture de stockage par exemple.

En tout cas, une chose est certaine et Laurent Bartoletti le confirme : “aujourd’hui, la demande porte à 100% sur du « full flash » ! C’est à la fois pour la simplicité et la lisibilité de sa gestion et pour toutes les améliorations et les effets de bord qu’il provoque sur une stratégie numérique, et qu’on ne quantifie pas entièrement d’ailleurs. “ C’est dire le potentiel disponible du stockage flash en entreprise.

About The Author

SCC