Select Page

Le marché du big data est à maturité, la preuve en chiffres

Le marché du big data est à maturité, la preuve en chiffres

Le voilà : le big data est présent dans la majorité des entreprises françaises, sous le cadrage de la DSI, alors que le phénomène avait d’abord semblé la dépasser.

Oubliez la tarte à la crème, le big data est bien là ! Mieux, il est installé en France, et de façon importante. De 285 millions d’euros en 2014, sa taille est passée à 445 millions en 2016, selon le cabinet IDC, soit une croissance annuelle de 24 %. Ces chiffres placent le pays au sommet de l’Europe de l’Ouest en matière d’adoption, devant l’Allemagne, et au coude à coude avec le Royaume-Uni. Sur cent sociétés de plus de mille personnes, 39 % disposent désormais d’un projet en production, et 51 % en prévoient un dans l’année à venir. Les secteurs les plus matures sont l’industrie (68 %) et les services (61 %).

 

La DSI aux premières loges

 

Quel a été le moteur de cette transformation ? Aux yeux des experts d’IDC, « plus que jamais, la gestion de l’information est au cœur des nouveaux processus des entreprises ». Autrement dit, la volonté de piloter son activité à la donnée. Alors que l’on prêtait cet élan aux métiers – qui, via des logiciels en SaaS, accèdent à des traitement massifs de données – le big data a permis à la DSI de signer son grand retour ! Celle-ci intervient au niveau du cadrage dans 76 % des cas, selon IDC, et plus précisément dans « les processus d’évaluation et de sélection des projets big data », contre 42 % pour la direction générale.

 

Le marché du travail pris de court

 

Quant au domaine d’application, il touche prioritairement au marketing, et à la connaissance client (53 % des entreprises interrogées). Viennent ensuite « l’excellence opérationnelle » et la sécurité, telle que la gestion des risques et la prévention de la fraude. L’étude note cependant que de nombreux domaines restent en friche, et que les sources des données sont encore restreintes et souvent uniquement internes. Le cabinet va même jusqu’à affirmer que les entreprises « n’ont pas une très bonne vision du type de données dont elles disposent ». Malgré tout, une autre étude, signée Markess, évalue que 41 % des décideurs prévoient d’exploiter leurs données non structurées d’ici fin 2017.

 

Cette rapide évolution du big data en entreprise a pris de court le marché du travail, et s’accompagne d’une faible offre de compétences. Toujours selon Markess, près de 80 % des décideurs informatiques interrogés admettent manquer encore de ressources ou de compétences en interne pour porter de tels projets. Gartner, de son côté, estime que le big data peut générer 137 000 nouveaux postes d’ici à 2020 en France. Une manne.

About The Author

SCC

Nous suivre

 

 

Catégories

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter