Pourquoi le Software Defined Datacenter est une bonne idée

J’ai eu l’occasion il y a quelques jours d’assister à l’événement annuel pour les partenaires de VMware (PEX) à Las Vegas. Ce fut une très bonne surprise : non seulement VMware a une actualité extrêmement riche, les repositionnant comme les leaders incontestés et incontestables autour de la virtualisation, mais ils ont aussi à mon goût de nouveau repris une avance importante-qui va leur permettre de regagner des parts sur un marché devenu très tendu.
Vous en avez peut-être entendu parler, mais le buzz principal de cet événement était autour du Software Defined Datacenter (SDDC ou SDD selon les docs). Pour moi, c’est une stratégie au positionnement unique qui permet enfin d’englober toutes les problématiques des DSIs avec une seule solution.
Qu’est-ce que cela change vraiment ? Décryptage.

De quoi parle-t-on au juste ?

Le SDDC, littéralement, est un datacenter entièrement virtualisé. Jusque-là, on virtualisait surtout les serveurs et le stockage. Désormais, l’idée est de virtualiser TOUS les composants du datacenter : serveurs, stockage, réseau, sécurité. Objectif : augmenter le niveau d’abstraction à son maximum. Certes, il n’y a rien de révolutionnaire à la virtualisation. Le challenge ici est d’arriver à virtualiser tous les composants très différents, et VMware, à coup de développements et de rachats (notamment de Nicira), y est parvenu. Avantage principal du concept : tout, désormais, se passe dans le logiciel. C’est en effet le software qui reprend le contrôle du datacenter….et le matériel devient de plus en plus une commodité. Le SDD permet d’allouer, de modifier tout type de ressources à la volée. Plus de silos, mais une administration unifiée. Finalement le Graal de tout DSI.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Parce que le Software Defined Datacenter va changer la manière dont les entreprises migrent et déploient leurs applications dans le Cloud. Je m’explique. On parle depuis longtemps du Cloud, mais personne n’y comprend grand-chose. Je le vois sur le terrain, les clients ont du mal à mesurer son impact réel, à quoi cela sert, comment on l’utilise, quel est le ROI…bref, ils ont du mal à comprendre toutes ces briques, qui risquent, en plus, de leur faire perdre toutes leurs compétences. Le SDD est d’emblée, bien plus clair : il s’agit de construire le socle capable d’accueillir les services, ceux-là même dont rêve l’entreprise : le SDD libère l’application de l’infrastructure physique, qui va permettre aux entreprises de déployer les applications de manière très flexible. Les métiers ont enfin une réponse à leurs problématiques : une plate-forme unifiée dont ils pourront utiliser les ressources selon leurs besoins. D’ailleurs, avec le SDD, on pourra désormais anticiper les besoins : le datacenter totalement virtualisé s’accompagne de tout un panel de services, prédéfinis et préconfigurés. Enfin, l’aspect « one stop shoping » prenant en compte l’ensemble des composants constituant leur SI permet aux entreprises de se recentrer sur leurs métiers et de se désengager des aspects purement techniques et en perpétuelle évolution. Le SDD est enfin une réponse à leurs attentes formulées depuis tant d’années !

Notez que nous sommes en train de mettre en place ces technologies dans notre Solution Center, à des fins de tests et de démos. Nous avons ce privilège car nous sommes le seul partenaire en France à avoir été choisi par VMware pour les solutions vCloud.

About The Author

SCC

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter