Select Page

Comment saborder son Cloud hybride en 3 leçons

Comment saborder son Cloud hybride en 3 leçons

Pour bien évaluer les outils de gestion de Cloud hybride, grande tendance de l’IT moderne, il est parfois nécessaire de savoir dans un premier temps, comment le ruiner volontairement. Et il convient donc de prendre en considération myriade de critères comme les coûts, les APIs, le support et la capacité d’intégration à des tiers.

 

Avant de se lancer dans des considérations techniques, les décideurs doivent d’abord prendre 3 décisions capitales :

 

1 – À l’aveuglette dans l’achat des outils d’administration, tu te lanceras !

 

Alors, il convient d’abord de décider si vous souhaitez acheter des outils d’administrations à partir d’une source unique ou en ajoutant des composants Open Source aux tâches d’intégration.

Soit, vous jouez à pile ou face ! Soit vous prenez en considération le fait qu’un fournisseur unique puisse le mieux convenir à vos choix futurs ou alors que prendre à votre compte les tâches d’intégration en y ajoutant des composants Open Source est plutôt la meilleure solution.

Laisser ce choix aux mains du destin, sans tenir compte de la mesure du projet ni de votre budget, et vous irez droit dans le mur. Est-ce bien le but escompté ? Sûrement pas !

Ou, pour prendre cette décision, sans vous fier au hasard, il est possible de considérer quelques détails non moins insignifiants : s’il s’agit d’un prototype, le niveau de maturité de l’équipe IT, le planning de l’équipe et votre budget !

Un prototype est généralement une façon de tester plusieurs approches – ce qui au final n’implique pas de se focaliser sur une unique technologie. Cela permet en revanche d’évaluer un spectre plus large de fournisseurs et d’approches.

Mais si le budget du projet est plutôt serré, si le planning est très court ou si le projet n’est seulement destiné à démontrer un simple concept, se limiter à un unique fournisseur peut être la bonne solution. Dans ce cas, pour les prochaines phases du projet, que ce soit une évaluation plus étendue ou une mise en production, votre décision aura un effet sur votre choix d’outils.

 

2 – Au hasard, les outils de gestion de Cloud hybride, tu choisiras !

 

Prenez ce genre de décision à la légère et vous serez sûrs que votre projet se soldera par un échec cuisant.

En effet, évaluer avec attention les outils de gestion de Cloud hybride en prenant en compte les besoins de ses équipes et leur niveau de maturité pour choisir la bonne plateforme, c’est à coup sûr la meilleure solution !

Si la mise en place d’un prototype de Cloud hybride se fait avec une équipe et une expérience limitées, l’entreprise peut commencer par acheter une plateforme pour un Cloud privé chez un fournisseur. En fonction des compétences nécessaires pour ce type de hardware, il est préférable de sélectionner une suite de produits qui contient un ensemble complet d’outils agnostiques.

Autre cas : une équipe expérimentée cherchant à optimiser un Cloud hybride en pré production ! Ici, il faut considérer un ensemble étendu d’outils de gestion de Cloud hybride afin de réduire progressivement la liste. Le nombre d’outils de Cloud hybrides, agnostiques en matière de plateforme, tend lui aussi à s’agrandir.

Et enfin, il semblerait que le modèle as-a-service soit le plus apprécié ! Dans ce modèle, seul le matériel (serveurs, baies de stockage, réseau…) – socle de l’infrastructure – soit hébergé chez un prestataire ou un fournisseur, comme Amazon AWS, Microsoft Azure… L’entreprise qui fait ce choix, bénéficie d’une infrastructure partagée et automatisée. L’avantage, par rapport à une infrastructure classique hébergée chez elle, est de payer seulement pour ce qu’elle consomme et bénéficier de toutes fonctionnalités offertes par le prestataire, comme une garantie de la sécurité, par exemple et des mises à jour en temps réel.

 

3 – Externaliser la gestion du Cloud hybride, tu ne feras pas !

 

C’était le cas d’ailleurs jusqu’en 2016. Mais il s’avère que désormais la tendance se soit inversée : tout, absolument tout est externalisé ! Aujourd’hui, les administrateurs peuvent compter, par exemple, sur Azure Stack pour proposer une solution packagée de Cloud hybride.

Les outils de gestion de Cloud hybride sont un segment très dynamique de l’IT moderne. L’offre s’est étoffée considérablement ces dernières années, comme en témoigne les outils de première et de deuxième génération.

Comme dans le cadre de l’externalisation de la sécurité informatique, l’externalisation de la gestion du Cloud est née d’une volonté de réduire les coûts liés à l’IT. Mais d’autres tendances influent plus encore, comme la généralisation de l’informatique en ligne, car avec le Cloud, tout ou presque s’externalise, y compris les fonctions cœur de métier.

L’externalisation est également synonyme d’une plus grande capacité d’anticipation, d’adaptation et de réaction, d’une meilleure qualité de service, d’une optimisation des dépenses de fonctionnement et non plus d’investissement. L’automatisation est aussi un élément récurrent dans les solutions aujourd’hui.

About The Author

SCC

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter