SDN : la révolution réseau est en marche

SDN : la révolution réseau est en marche

Imaginez-vous  au milieu d’une ville remplie de petites rues, à essayer de trouver votre itinéraire vers une destination donnée. Vous allez essayer d’obtenir des informations en marchant, en essayant différentes rues, ou en demandant votre chemin à plusieurs personnes. C’est à peu près ainsi que les protocoles réseau de base travaillent de manière traditionnelle pour atteindre leur but.

SDN se propose de révolutionner ce mode archaïque avec la visibilité d’une carte en temps réel, permettant de voir les zones embouteillées ou les mauvais chemins et permettre à l’information d’atteindre son but par la voie la plus rapide. Le tout opéré via une vision globale avec le trafic en cours. En fait, c’est comme si vous aviez un GPS connecté avec vous. La carte sera constamment mise à jour et le calcul de l’itinéraire sera opéré par une intelligence centralisée.

Certains parlent de révolution. Le réseau resté rigide et complexe depuis longtemps, était vraiment le dernier bastion à rénover dans les infrastructures pour leur apporter plus d’agilité. SDN apporte en effet élasticité et contrôle centralisé, une première !

SDN, c’est quoi ?

SDN, ou Software-Defined Networking, se traduit littéralement par « réseau défini par logiciel ». Tout comme la virtualisation l’a fait pour les serveurs et le stockage, il s’agit de découpler les éléments matériels et les éléments logiciels sur la partie réseau, jusqu’ici très rigide et complexe à maintenir. Le contrôle du réseau est ainsi transféré à un cerveau central (contrôleur), qui dirige toutes les opérations. Dans ce modèle, on parle de trois niveaux : les applications (ou northbound), le contrôleur, et le réseau (ou encore southbound).

Openflow, porté notamment par HP

Avec SDN, les flux de réseau sont contrôlés à un niveau d’abstraction global, souvent à l’aide d’un protocole appelé OpenFlow. Il est à la base d’un Software-Defined Networking  standardisé. Le développement d’OpenFlow a commencé en 2007 dans le cadre d’une collaboration entre les Labs d’HP et des Universités comme Stanford et Berkeley. La norme est maintenant définie par l’Open Networking Foundation (ONF).

L’admin réseau libéré !

Parce qu’il permet de programmer et d’automatiser le réseau, SDN supprime donc les rigidités et les complexités de gestion. Il devient possible de piloter le réseau avec des APIs directement depuis les applications. Alléluia pour l’administrateur réseau, enfin libéré des manipulations à répétitions sur les composants !

Par exemple, SDN permet la suppression des délais de provisionning réseau, la modification des bandes passantes à la volée, l’adaptation du paramétrage réseau aux besoins des applications. L’IT est libérée et peut se consacrer aux demandes métier !

Une révolution portée par les applications

Nous ne sommes qu’aux prémices de cette révolution. A mesure des évolutions des standards et de la sortie des offres on peut s’attendre à une accélération de son adoption. Et la révolution SDN va aussi s’opérer à un autre niveau. Jusqu’ici, les fonctionnalités des switchs étaient intégrées dans des composants (asics). Ces asics mettaient jusqu’à 7 ans pour être développés  et peu de fondeurs avaient les compétences pour les développer. Avec l’approche « software-defined network», les fonctionnalités réseau seront portées par l’application, et donc par des milliers de développeurs. On verra prochainement exploser les fonctionnalités et les applications réseau, et le marché en sera totalement bouleversé.

SCC développe cette nouvelle expertise

SCC se donne déjà les moyens de pouvoir accompagner cette réflexion SDN.  Nous nous inscrivons dans une démarche d’accompagnement et d’information pour les clients et nous pouvons déjà mettre toutes ces compétences pour vous accompagner dans vos futurs projets.

 

About The Author

Ludovic Faider

Business Developper

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter