[Stockage] La baie EMC VNX2 vaut-elle vraiment le coup ?

Depuis son lancement en septembre dernier, beaucoup de clients nous demandent si la baie de stockage unifié VNX2 d’EMC est vraiment faite pour eux. J’avais donc envie de distiller quelques arguments qui pourrait les aider à choisir, et répondre à certaines critiques lues ça et là.

Véritable bête de course, formule 1 du stockage, très rapide, capacitive, deux à quatre fois plus performante que la génération précédente, le tout avec un coût fortement en baisse notamment grâce à la déduplication…il est vrai que sur le papier, elle en jette, cette nouvelle baie.

Rappelons que la baie VNX, depuis son lancement en 2011, fait un véritable carton avec plus de 70 000 systèmes livrés à ce jour. La nouvelle famille, qui se compose de six baies de stockage hybrides, capable de combiner disques SSD et disques durs et de deux modèles 100 % SSD, risque aussi de faire un bon chemin.

MCx, pour tirer parti des disques Flash et des nouveaux processeurs

La première génération de VNX partait du principe que les disques insérés seraient principalement des disques durs, avec une faible quantité de disques Flash quand les besoins en performances se faisaient sentir.

Aujourd’hui, l’approche change. Le constructeur a en effet conçu cette baie pour tirer parti au mieux des disques SSD et des capacités des processeurs multi-cœurs, de plus en plus utilisés aujourd’hui. Et d’ailleurs, dans ce but, le code de l’OS a été réécrit en grande partie : toutes les fonctions sont ainsi distribuées entre les cœurs disponibles. Cette réécriture dope les performances du code RAID et des fonctionnalités comme FAST VP et Fast Cache.

La réécriture du code fragilise-t-elle la fiabilité de la VNX2 ? Même si un code n’est jamais totalement éprouvé, je pense que non, et les résultats présentés par les bêtatesteurs lors du lancement le confirment.

Résultat : le modèle haut de gamme peut gérer jusqu’à 1,1 millions d’IOPS, avec une latence inférieure à 1 ms. Si l’on en croit les spécialistes, aucune autre baie n’est capable d’atteindre ces performances sur le marché.

Comparé à la génération précédente, la gamme VNX avec MCx permet :

  • 4 fois plus de transactions au niveau des fichiers
  • 4 fois plus de transactions OLTP Oracle et SQL
  • 4 fois plus de machines virtuelles
  • Jusqu’à 3 fois plus de bande passante pour les bases de données Oracle et SQL.

D’excellentes performances mais à quel prix ?
On le voit, l’accent a surtout été mis sur la performance. Mais la majorité des clients, qui n’ont pas besoin de telles performances (1 millions d’IOPs annoncés), se demandent en quoi la VNX2 a de l’intérêt pour eux, par rapport à la VNX, qui répondait plutôt bien à leurs besoins. Et qui se posent des questions sur le coût d’une baie quatre fois plus performante !

Evidemment, la légende veut qu’EMC soit toujours trop cher. EMC estime que le coût au Go de ces baies est environ 68% inférieur à celui des VNX, grâce à la baisse des disques durs et des nouvelles fonctionnalités comme la déduplication. EMC annonce un coût de 1 dollar le Go. Du coup, pour quatre fois plus de performances que la génération précédente, on reste à un coût très bas. Les nouvelles VNX2 démarrent à 20 000 dollars.

Passage au symétrique actif actif
Au-delà du rapport performances/prix, d’autres nouveautés importantes ne font que la VNX2 peut avoir de l’intérêt. Par exemple, la gestion des contrôleurs de stockage passe d’un mode actif/actif asymétrique à un mode symétrique. Outre la bascule possible instantanément d’un contrôleur à l’autre, les contrôleurs peuvent aussi accéder de façon simultanée à un même LUN classique, l’application bénéficiant ainsi de celui qui a la meilleure bande passante.

Meilleure optimisation de la donnée
La technologie Flash 1st mérite de s’y attarder. Avec cette fonctionnalité, les données extrêmement sollicitées sont placées sur des disques Flash d’une capacité maximale de 4,2 To et dotés d’une mémoire Fast Cache qui absorbe de manière dynamique les augmentations soudaines de charge de travail. Au fil du temps, les données anciennes, moins actives, sont hiérarchisées grâce à Fast VP. Dans ces process, les disques Flash sont sollicités, mais une grande avancée est la déduplication en mode bloc hors bande du VNX. Ces fonctions viennent s’ajouter aux capacités de single-instance storage (“suppression” des fichiers doublonnés) des contrôleurs NAS des baies VNX. Selon EMC, certains beta testeurs ont noté des gains allant de 50% de réduction de données à 80% selon les types d’applications et de données, le tout sans impact notable sur la performance, puisqu’il est même possible de définir les plages durant lesquelles se déroulera la déduplication. Selon EMC, ces technologies combinées permettent de réduire les coûts de 86 %.

VPLEX pour les architectures virtualisées
Autre intérêt, la combinaison des nouveaux VNX2 avec la solution de réplication et de virtualisation VPLEX qui permet la mise en oeuvre d’architectures de datacenter redondantes en mode actif/actif.

En résumé, les nouvelles VNX2 permettent de répondre à de larges besoins, pour un coût tout à fait acceptable. D’ailleurs, chez SCC, nous répondons aux mêmes projets qu’avant, mais nous pouvons désormais y répondre avec des baies un cran au dessous dans la gamme, tant la v2 a été améliorée.

About The Author

SCC

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter