Select Page

Transformation de votre infra : pourquoi vous avez besoin de repères

Les «datacenters in a box» sont-ils la voie royale pour aller vers le Cloud Privé ? Pas forcément. Le Cloud Privé, vous le savez, implique une transformation de l’infrastructure, parfois drastique, parfois progressive. L’approche «convergée», où réseau, stockage, serveur sont réunis dans une même «boîte» a l’avantage d’apporter une réponse préconfigurée, où les trois éléments ont été validés pour fonctionner ensemble.

Argument principal, la simplicité de management, et le fait de pouvoir bâtir comme un jeu de Lego son infrastructure de nouvelle génération. Mais que se passe-t-il si le client veut avoir la liberté de choisir ses technologies, ou changer en cours de route, sans avoir à remettre en cause l’existant ?

Dans ce cas, une autre approche peut convenir : les architectures de références, validées par les constructeurs, pour chaque application. C’est une approche plus ouverte, qui permet grâce à des guides de déploiement et de conception, de réduire considérablement les temps de projet, parfois jusqu’à 50 %, et les coûts, tout en choisissant la bonne architecture pour chaque application, chaque workload.

Pourquoi l’architecture de référence est une bonne voie

Les architectures de références ont de nombreux avantages :

  • Déploiement simplifié. Les systèmes sont pré dimensionnés, pré intégrés, optimisés et certifiés pour un déploiement rapide, efficace et répétable.
  • Taux d’utilisation élevé. Les systèmes garantissent un niveau d’utilisation optimisé des serveurs, du stockage et des équipements réseaux ce qui se traduit par une baisse du coût par utilisateur.
  • Evolutivité, rapide et efficace. Déploiement simplifié qui permet une grande évolutivité dans les Data centers sans modification de l’architecture.
  • Support d’un large choix d’environnement et applications. A la différence des « appliances » orientées applications, les architectures de références adressent des besoins plus généraux pour supporter une large variété d’hyperviseurs, de systèmes d’exploitation et d’applications.
  • Réduction des risques. Certifiées et standardisées conjointement par les fournisseurs, les architectures de références communes permettent aux IT de prévoir les consommations électriques, l’espace au sol, la capacité utile, la performance et bien entendu, le coût de chaque déploiement. De manière prévisible.
  • Protection de l’investissement. Répétable, rapidement évolutif et déployé par des partenaires certifiés, ce modèle fournit la protection de l’investissement nécessaire pour les IT.
  • Gestion simplifiée des composants. Par définition ce modèle d’infrastructure intègre des logiciels de contrôle et d’automatisation au niveau de chaque ressource pour la coordination des équipements, la simplification du déploiement des machines virtuelles et le support du modèle de consommation « as a Service ».
  • Hétérogénéité. Support de systèmes « bare metal » donc non-virtualisés qui permet d’intégrer des applications métiers d’entreprises qui resteront sur serveur physique.
  • Multi-tenant. Capacité de cette architecture d’héberger et d’isoler de bout en bout les locataires de façon sécurisée depuis l’application jusqu’à son stockage.

About The Author

SCC

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter