Le match des infrastructures Cloud vs Edge Computing

Le match des infrastructures Cloud vs Edge Computing

Les technologies telles que l’IA, l’IoT ou la blockchain, à la source d’un grand nombre d’innovations à venir, reposent toutes sur des volumes de données en forte croissance. Les entreprises doivent stocker et traiter ces données de façon à offrir un service sans délai à leurs utilisateurs. Choisir la bonne infrastructure pour y parvenir est essentiel, notamment entre Cloud public et Edge Computing. Retour sur les atouts de chaque infrastructure pour faire tourner l’innovation.

 

Deux critères s’avèrent utiles pour arbitrer entre une infrastructure de Cloud public et d’Edge Computing, voire une combinaison des deux. Tout d’abord, l’entreprise doit définir si elle tient à centraliser les capacités ou à les distribuer au plus près des sources de données. Ensuite, l’entreprise doit savoir si elle préfère garder dans son giron applications et données sensibles de ses innovations, ou si celles-ci peuvent sortir.

 

Infrastructure centralisée versus distribuée

Une infrastructure de Cloud public répond à une stratégie de centralisation dans l’environnement du fournisseur. Celui-ci offre de multiples atouts, dont une évolutivité quasi illimitée, un espace de stockage et une puissance de calcul difficiles à battre avec une installation en interne. De plus, avec le Cloud public, toutes ces capacités sont immédiatement disponibles à un coût à l’usage. Une rapidité particulièrement appréciable pour gagner la course de l’innovation.

L’Edge Computing a une autre carte à jouer : celle de la localisation des nœuds au plus près des sources de données et du contenu. En distribuant ainsi la charge, l’Edge Computing allège la consommation du réseau et divise les besoins en puissance de calcul et stockage entre différents sites. Bientôt, ce type d’infrastructure pourra aussi compter sur la 5G avec des capacités accrues de bande passante, l’idéal pour un service en temps réel aux utilisateurs.

 

Infrastructure interne versus externe

Pour l’entreprise, le recours au Cloud public revient à concentrer ses applications innovantes et leurs données dans les grands datacenters de quelques opérateurs. Selon la criticité des ressources, l’entreprise peut hésiter à faire ce choix.

Une certaine défiance peut amener à se demander si les fournisseurs de Cloud public s’appuient sur les ressources innovantes qui résident chez eux pour capter des informations stratégiques sur les tendances de marché et d’autant mieux les accaparer. Le risque n’est que théorique, mais techniquement possible. Par exemple avec la blockchain, combien même le contenu est chiffré, un fournisseur de Cloud public peut y trouver des signaux sur les transmissions ou les parties prenantes.

Dans ce contexte, l’Edge Computing offre une alternative plus maîtrisée. Cette infrastructure utilise des ressources de proximité  qui restent sous la coupe de l’entreprise. Ils assurent ainsi que les ressources les plus critiques ne sont pas exposées à l’extérieur. Il n’en reste pas mois que l’Edge Computing implique que l’entreprise investisse dans des installations, c’est pourquoi les fournisseurs d’informatique locale ont un rôle à jouer pour proposer un matériel adapté, performant et accessible.

Quelles que soient les stratégies des entreprises dans leur mix de Cloud public et d’Edge Computing, ces deux infrastructures sont appelées à cohabiter, voire à se concurrencer de plus en plus.

A propos de l'auteur

Sebastien Hurst

Responsable Département Avant-Vente

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter