Les 7 commandements du stockage scale-out

Selon le cabinet ESG (Entreprise Storage Group), 80 % des entreprises auront adopté le stockage scale-out d’ici 2015. Des chiffres peu surprenants si l’on se base sur la promesse de ce stockage de nouvelle génération : certains le voit en effet comme le remède absolu aux problématiques récurrentes dans les infrastructures virtualisées ou non. Un billet récent sur ce blog détaille d’ailleurs bien ses avantages.

Le stockage scale-out a donc tout pour plaire, et semble être le Holly Grail tant attendu ! LE stockage qui -enfin- est en phase avec les besoins des clients. Oui, mais il y a un mais. Toutes les solutions de stockage scale-out du marché ne se valent pas encore. Une solution scale-out doit, à mon avis, tenir compte de certains éléments fondamentaux décrits ci-après. La mauvaise nouvelle, c’est que peu de solutions du marché arrivent à ce niveau. La bonne, c’est qu’il en existe quand même.

Les 7 commandements d’une solution de stockage scale-out

1- S’inspirer du passé, la solution saura

Les solutions de nouvelles générations ne doivent pas faire table rase des solutions actuelles. Les solutions de stockage unifié de «première génération» qui incluent des fonctionnalités intéressantes (déduplication, cache, tiering, provisionning) doivent être combinées à de nouvelles fonctionnalités.

2- Gérer les données intelligemment, elle fera

Ceux qui traitent avec le stockage au quotidien le savent. Le stockage des données issues de multiples sources, qu’elles soient structurées ou non structurées est de plus en plus difficile à gérer. La solution idéale doit donc être capable de réduire la complexité. Les fonctions de gestion de la donnée doivent être nativement incluses dans nos solutions de stockage (analyse et automatisation du provisionnement par exemple) qui permettent de mieux gérer le stockage et réduire les coûts, malgré la croissance des données. La solution doit aussi savoir gérer des espaces de stockage multi-tiers, quelle que soit la technologie choisie.

3- Evoluer de manière illimitée, elle saura

C’est le principe du stockage scale-out, une capacité d’évolutivité à l’infini. La solution doit donc pouvoir accepter de nouveaux disques ou contrôleurs, tout en étant toujours vue comme un seul espace de stockage unifié. Elle doit être aussi capable de supporter tous les protocoles du marché, et savoir offrir une collocation de plusieurs environnements virtualisés au sein de la même baie physique.

4- De ne jamais s’arrêter, elle garantira

Cela peut paraître évident, mais les données doivent être disponibles en continu.
Dans une approche scale-out, le stockage doit savoir évoluer vite en fonction des besoins. Les données sont extrêmement mouvantes, mais elles doivent être disponibles en permanence. Les migrations ne doivent pas être interminables, et la solution doit être capable d’évoluer à chaud sans aucune rupture de service au niveau des données utilisateurs. Le changement de matériel doit aussi être transparent.

5- Bien utiliser les technologies Flash, elle devra

Une bonne solution scale-out doit savoir optimiser l’utilisation des technologies Flash (quelles qu’elles soient) afin d’améliorer les performances au niveau du cache du serveur en toutes circonstances. La solution doit être capable de garder le cache cohérent et utilisable, même dans le cas de crash ou de redémarrage, sans reprendre à partir d’un cache vide.
Elle doit donc savoir faire le lien avec la gestion de cache intelligente sur le serveur et le sous-système de stockage. Idéalement, cela doit permettre de réduire la latence du serveur, et augmenter le débit du système global. Les technologies Flash évoluant sans cesse, la solution doit savoir s’adapter au fil du temps, et être mise à niveau sans perturber le logiciel de mise en cache au niveau du serveur. Enfin, la solution doit pouvoir apporter persistance et durabilité des données. La persistance apporte la capacité à maintenir le contenu du cache utilisable après le redémarrage de VMs et du serveur. La durabilité apporte la capacité à maintenir le contenu du cache utilisable après un accident de VMs et de serveur.

6- Protéger les données, elle assurera

La copie principale des données devra être toujours stockée sur la plateforme, permettant aux données d’être protégées à un haut niveau de disponibilité et de fiabilité. Par ailleurs, la solution doit proposer une sécurité de la donnée embarquée, avec une gestion des différents niveaux de sécurité. Bien entendu elle devra savoir se prémunir contre tout type d’incident. Une copie principale des données est toujours stockée sur la plateforme.

7- Garantir les SLAs, elle s’engagera

La solution doit être capable de positionner une QoS précise sur un jeu de données. Elle doit aussi garantir le maintien de l’accès aux données au fil du temps et des évolutions matérielles. Enfin, elle doit pouvoir assurer un rééquilibrage des performances ou de la capacité en fonction des charges de travail.

About The Author

SCC

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter