Sélectionner une page

L’hyperconvergence : la clé de la consolidation des datacenters

L’hyperconvergence : la clé de la consolidation des datacenters

Peu de nouvelles infrastructures informatiques auront généré autant de buzz que les annonces autour de l’hyperconvergence ces derniers mois. Concept tout droit sorti des datacenters de Google, Amazon, Facebook et Apple, les fameux GAFA, cette architecture bouscule toutes les certitudes en matière d’architectures serveur, de stockage et de réseau. Un bouleversement qui va bien au-delà de la technologie car aujourd’hui la solution est accessible à toutes les entreprises via des startups qui l’ont mise sur le marché. Cela va redéfinir comment on va acquérir ses équipements informatiques à l’avenir et comment on va les exploiter. Reflexion que nous avons  souhaité approfondir sur ce billet avec nos partenaires DELL et Nutanix.

L’orientation prise aujourd’hui par les DSI est d’aller vers un modèle qui privilégie l’automatisation du datacenter, aller vers le Cloud privé. Dans ce cadre, la notion de « Software Defined Datacenter » s’est peu à peu imposée comme le modèle du datacenter de demain. Entièrement piloté par le logiciel tant sa partie serveurs, sa partie stockage que pour la partie réseau, ce datacenter du futur privilégie l’approche « Scale Out » où l’infrastructure est extensible à l’infini, par simple ajout de nœuds additionnels. Les solutions hyperconvergées apportent un logiciel de pilotage qui réalise une abstraction des ressources et assure la mise à disposition de ces capacités de traitement et de stockage de manière uniforme. Ces solutions désormais packagées et supportées par des acteurs tels que Nutanix permettent d’accélérer la marche vers le « Software Defined Datacenter ».

Ne plus devoir prévoir sur 3 ans l’évolution de son infrastructure

Outre l’agilité apportée par son approche technique, l’hyperconvergence modifie la façon dont l’entreprise va investir dans son infrastructure. Jusqu’à aujourd’hui, pour acheter une infrastructure de stockage, le DSI appuyait son choix sur un calcul de ROI sur 3 ans or dans l’environnement économique actuel, prévoir l’évolution des besoins de stockage et de puissance de calcul de son entreprise à l’horizon de 3 ans est devenu un exercice totalement illusoire. Il est difficile de prévoir l’évolution des besoins internes à 6 mois et impossible de prévoir l’impact des acquisitions à venir.

A une époque où les DSI doivent faire face à l’explosion de la donnée, doivent faire preuve d’agilité, de souplesse et de réactivité vis-à-vis des métiers, l’hyperconvergence répond très directement à ces attentes. La démarche n’est plus d’acquérir une infrastructure surdimensionnée au moment de l’achat, puis la voir se remplir de données pendant 3 ans et devoir tout renouveler du fait d’un coût de la maintenance trop élevée, ou parce que la solution de stockage arrive à ses limites en termes de puissance et de capacités. Une plateforme hyperconvergée, c’est investir pour répondre au besoin à un instant T puis ajouter des nœuds au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux besoins.

Une architecture sans concession en termes fonctionnels

Aujourd’hui les solutions hyperconvergées ne cèdent rien en termes de fonctionnalités aux solutions de stockages « classiques ». Tiering, compression de données, déduplication, snapshots, réplication inter sites, toutes les fonctions clés d’une infrastructure de stockage moderne sont bien là. Et si les solutions sont encore relativement récentes, celles-ci font preuve d’un bon niveau de maturité. Les cycles de développement de ces solutions logicielles sont bien plus rapides que ceux auxquels on est habitué dans l’univers du stockage. Outre ces aspects fonctionnels, les interfaces utilisateurs de ces solutions de nouvelle génération s’avèrent bien plus intuitives que ce que l’on a pu connaître par le passé. L’hyperconvergence est arrivée sur le marché via des startups qui ont conçu les interfaces graphiques de leurs solutions dans un esprit Uber ou AirBnB , très intuitives et très simples d’aspect, très dynamiques.

L’hyperconvergence monte en puissance, y compris sur les applications critiques

Le bureau virtuel, ou VDI, a été le premier à bénéficier des apports de ces plateformes convergées. C’est le cas d’usage aujourd’hui le plus courant que nous sommes amenés à mettre en place chez nos clients. Les DSI ont ensuite porté des applications dont les contraintes en termes de puissance et de volume de stockage étaient relativement moyennes, puis des applications devant fonctionner en DMZ. Autre application intéressante, le support de sites déportés qui ont été déployés en mode « remote office ». Ces premiers déploiements ont permis aux DSI de constater la fiabilité apportée par cette nouvelle architecture et on commence maintenant à voir des applications bien plus exigeantes et critiques pour l’activité des entreprises arriver. Les éditeurs de solutions de CRM, de Business Intelligence et même d’ERP commencent à certifier leurs offres sur des solutions hyperconvergées. Nutanix est le premier acteur de ce marché à avoir vu sa solution Xtreme Computing Plateform certifiée par SAP.

Une infrastructure au diapason de l’approche DevOps

La souplesse en terme de gestion des ressources apportée par l’approche hyperconvergée, ainsi que la qualité des outils logiciels permettent de soulager les équipes d’exploitation d’énormément de tâches d’intégration et d’exploitation au quotidien. L’impact de ce changement d’approche va néanmoins bien au-delà des seuls gains de productivité. Jusqu’à aujourd’hui les équipes stockage étaient bien distinctes de celles qui exploitaient les serveurs. Désormais, une seule et même équipe va pouvoir gérer l’ensemble de l’infrastructure. Plus que le coût de l’infrastructure elle-même, c’est sans doute l’un des gains les plus importants qu’apporte une infrastructure convergée à une DSI.

L’hyperconvergence casse les silos qui se sont créés dans la DSI, non seulement dans les équipes d’exploitation, mais aussi avec les développeurs. La conteneurisation des applications est en train de s’imposer comme le fondement des applications d’entreprise de demain or l’hyperconvergence, avec l’agilité qu’elle apporte dans la gestion de la puissance machine et de la capacité de stockage, est un moyen de supporter l’essor de la conteneurisation du côté des développeurs. Les développeurs dockers parlent de plus en plus architecture et ces deux mondes sont en train de se rencontrer enfin.

Nous vous donnons rendez-vous prochainement lors d’un second billet où un livre blanc viendra compléter le sujet.

A propos de l'auteur

SCC

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter