L’IoT ou comment traiter le volume de données en temps réel

L’IoT ou comment traiter le volume de données en temps réel

L’Internet des Objets (IoT) génère de la valeur ; il produit aussi des données dont le gigantesque volume entraîne une remise en question des modèles de stockage. L’IoT accroît la pression sur l’infrastructure qui doit répondre aux deux conditions que posent le volume des données et son traitement en temps réel. Dans un contexte où il s’agit d’aller plus vite, de manière plus agile et plus sûre, le Cloud Computing reste le modèle le plus prisé même si l’environnement de stockage est amené à évoluer avec les projets croissants d’objets connectés.

 

L’IoT se chiffre en milliards

Des milliards d’objets sont déjà interconnectés dans le monde. Ils modifient en profondeur les modèles et créent de nouveaux services. Avec à la clé, un potentiel de création de valeur sur l’économie française à hauteur de 74 milliards d’euros en 2020 (soit environ 3,6% du PIB de la France) (1). Quant au volume total de données stockées au niveau mondial, il pourrait atteindre 175 zettaoctets en 2025, équivalent à 175 milliards de téraoctets, selon IDC.

 

L’Internet des objets y est pour beaucoup puisqu’il repose sur des objets munis de capteurs capables de réceptionner et d’envoyer des données vers un espace de stockage externe. D’après Gartner, plus de 20 milliards d’objets connectés seront utilisés d’ici 2020 dans le monde, à l’échelle des villes, dans les domaines des transports, de l’énergie, de la domotique ou encore de la santé. Les évolutions à venir sont telles que les infrastructures de stockage doivent et devront obligatoirement s’adapter, tandis que la puissance des serveurs et la bande passante des réseaux IP fixes et mobiles devra augmenter. L’enjeu : disposer d’infrastructures capables de gérer des flux massifs de données tout en garantissant la performance du réseau, l’interopérabilité et la sécurité des systèmes. Ce dernier critère est par ailleurs très critique dans la mesure où l’essor des objets connectés, et leurs données, sont de plus en plus convoités par les hackers.

 

Volume, accélération et disponibilité des données

L’IoT n’est pas une rupture technologique en soi. Le véritable changement vient de la connectivité des objets qui se généralise, démultiplie le volume des données et introduit la notion de temps réel. Les solutions de stockage IoT basées sur le Cloud Computing restent plébiscitées, ne serait-ce que par les possibilités d’hébergement, de flexibilité, de sécurité et de répartition autonome de la charge qu’offrent les infrastructures distribuées et convergées. Pour autant, l’IoT pose le problème de la bande passante et du débit. Basé sur une architecture distribuée ouverte, le Edge Computing (ou Fog computing) déporte une partie des traitements au plus proche des objets connectés, les ressources dans le Cloud n’étant sollicitées que pour la gestion, l’analyse et le stockage de longue durée.

 

La prolifération des capteurs intelligents, l’adoption de dispositifs IoT et l’intégration des applications intelligentes encouragent la technologie Edge Computing qui conjugue accélération des flux et disponibilité des données. De quoi réduire considérablement les temps de latence, là où le Cloud reporte le traitement des données sur des plateformes centralisées de serveur.

 

Les fonctionnalités du Edge Computing se déploient progressivement. Elles deviendraient même une tendance de fond pour les entreprises soucieuses de maîtriser leur production en temps réel et la synchronisation avec d’autres environnements du SI. A ce jour, seulement 22,2 % d’entre elles effectuent l’agrégation et l’analyse des données depuis les capteurs IoT eux-mêmes, tandis que 23,3 % le font depuis les infrastructures IT (2). Entre le traitement des gros volumes et la performance, l’IoT devrait, non pas devoir choisir entre Cloud et Edge Computing, mais plutôt jouer la carte de la complémentarité des deux systèmes, en fonction des besoins et selon les scénarios.

 

(1) Etude du cabinet A.T. Kearney pour l’Institut Montaigne

(2) Analyse de 451 Research

A propos de l'auteur

Frederic Charron

Directeur Technique IoT

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter