Nouveaux parcours de données médicales à l’hôpital

Nouveaux parcours de données médicales à l’hôpital

Les hôpitaux, et le système de santé en général, bénéficient d’une digitalisation et d’un afflux de données exponentiels, notamment à caractère personnel. Avec l’explosion de la data se pose inévitablement la question de la maîtrise, dupartage et du stockage des données médicales qui, plus qu’ailleurs, s’inscrivent dans le respect des normes de sécurité et de confidentialité.

 

Premier producteur de data médicale

L’hôpital n’échappe pas à la déferlante big data. Il est même aujourd’hui le premier producteur de données de santé. Quant au marché de l’e-santé en France, ilpèse près de 550 M€ (1). Les établissements hospitaliers sont au cœur du défi que représentent la collecte, le partage, l’analyse et le stockage des données médicales. Un gisement particulièrement abondant, notamment dans le domaine clinique (données génétiques, biocliniques, pathologiques,…), amené à s’enrichir encore avec le suivi des patients à domicile et les appareils connectés associés. L’e-santé à l’hôpital impacte fortement le système d’information hospitalier (SIH) qui sous-tend un hôpital de plus en plus « modulaire » et connecté, confronté à des enjeux de sécurité, de fiabilité, de disponibilité et d’interopérabilité.

 

Intégrer efficacement les écosystèmes de santé

Les hôpitaux génèrent d’impressionnants volumes de données non structurées, souvent fragmentées, cloisonnées et stockées de façon aléatoire. Un grand nombre d’établissements disposent encore de leur propre structure de stockage de données et, pour garantir un environnement agréé et sécurisé, se dotent de certification « Hébergeur de Données de Santé » (2). Par ailleurs, les équipements médicaux, s’ils sont sécurisés, ne sont utilisés que par les professionnels de santé. Or l’amélioration des diagnostics, des traitements médicaux, de la recherche et de la coordination des prises en charge, passent par un partage des données patient et une intégration plus efficace des différents écosystèmes de santé. C’est l’une des ambitions des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) qui encouragent la convergence du SIH et la création d’un socle interopérable pour les données entre les différents écosystèmes certifiés qui, pour 57% d’entre eux, envisageaient déjà fin 2017 d’externaliser l’hébergement. A noter que le recours à une externalisation de l’hébergement des données est davantage cité par les équipes de centres hospitaliers (55%) que par celles des CHU (37%) (2). 

 

Partager efficacement les données

Qualité et pilotage du parcours des soins, collaboration entre médecin et patient : la DSI est face à la mise en œuvre de solutions de stockage capables d’offrir à la fois résilience, rapidité et sécurité. Les hôpitaux et les cliniques l’ont compris : pour fournir aux patients des soins de pointe à des coûts raisonnables, ils doivent pouvoir s’appuyer sur des données fiables, accessibles en temps réel, et sur une infrastructure garantissant la disponibilité et l’intégrité des données. Le choix se porte de plus en plus sur la technologie Cloud, composée de couches supplémentaires de sécurité grâce à des mécanismes de redondances sur plusieurs datacenters. Sans compter qu’en externalisant la gestion de l’infrastructure, les établissements hospitaliers peuvent, à l’instar d’autres secteurs, libérer leur propre personnel technique pour se concentrer sur leur cœur de métier.

 

La certification « Hébergeur de Données de Santé » des acteurs du Cloud pousse par ailleurs les fournisseurs d’hébergement de données de santé à adopter les meilleures pratiques en termes de sécurité et de mise en conformité. Dans tous les cas, la localisation du stockage reste un critère essentiel puisqu’il conditionne la confidentialité des données.

 

1)Etude Xerfi-Precepta (2017)
2)Depuis 2018, la certification « hébergeur de données de santé » délivrée par le ministère de la Santé est obligatoire pour toute entreprise ou institution souhaitant héberger des données de santé en France.

About The Author

Jacqueline Marie Bianne

Responsable BU Santé

Marc Ndiaye

Responsable Département Avant-Vente

A propos de l'auteur

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter