Fin de support de SQL Server 2008/2008 R2, et maintenant ?

11 ans de bons et loyaux services pour SQL serveur 2008 / 2008 R2. La plateforme de gestion de données laisse sa place à SQL serveur 2017 et ses fonctionnalités stratégiques. Mais qu’en est-il de la migration vers la nouvelle édition ? Où en sont les entreprises et comment peuvent-elles concevoir demain leur innovation ? Nous faisons le point avec Maxime Bire, Practice Leader Microsoft Cloud chez SCC.

Garder sa liberté dans le cloud

La subite venue de nouveaux acteurs biberonnés aux nouvelles technologies a sans doute déstabilisé quelques temps le tissu entrepreneurial français. L’entreprise prenait conscience de l’importante réorganisation à accomplir, technologique comme business et managériale. Les premiers essais cloud ont essentiellement permis de tirer les leçons de la transformation numérique. Il est temps maintenant de se lancer dans le cloud avec toute la liberté conférée par la virtualisation.

Pour que le cloud tienne toutes ses promesses : avec les solutions de data management

Le chemin vers le cloud est sinueux. Face à ces technologies, les entreprises rencontrent principalement deux grandes phases de questionnement. Comment et pourquoi adopter le cloud et comment exploiter au mieux mes données et mes applications une fois la migration effectuée ? Perte de données, indisponibilité, incompatibilité, manque de conformité… les causes d’un échec dans le cloud sont nombreuses. Seules propriétaires de leurs données et de leurs applications, les entreprises sont responsables de leur gestion et plus généralement, de la réussite de leur projet cloud.

Autonomous entreprise : Les bases de données autonomes, le virage technologique

Pourrons-nous encore gérer l’information sans l’assistance de l’intelligence artificielle et du machine learning ? La déferlante de datas annoncée laisse peu de place au doute.En introduisant la toute première base de données à gestion automatisée du monde, Oracle a révolutionné la gestion de la donnée et l’exploitation de l’IT.Rencontre avec Alain Scazzola, Hervé de Montlaur et Jean-Yves Migeon, respectivement business development Manager, channel sales Manager et channel marketing Manager chez Oracle pour échanger avec eux sur la place de l’IA et du machine learning en entreprise, l’évolution du métier d’administrateur de bases de données et d’Oracle Autonomous Database.

Faites prendre le large à votre politique d’impression

Si votre stratégie d’impression prend la poussière, il est temps de lui offrir un grand bol d’air frais. Le cloud est perçu en entreprise comme un pas à sauter, généralement dédié à d’importants projets stratégiques. Au point qu’on en oublie parfois sa vocation première qui est de simplifier et de rationaliser le SI et son infrastructure. L’infrastructure d’impression se prête aisément à la migration dans le cloud et offre la sécurité et la souplesse utile aux organisations qui évoluent.

Les multiples visages de l’hyperconvergence

Découvrir ou redécouvrir l’hyperconvergence, c’est aussi prendre la mesure de ses très nombreux cas d’applications. L’IoT industriel, la transformation des processus, la sauvegarde et la restauration des applications critiques font tous la part belle à la gestion centralisée des opérations, au plus grand bénéfice des équipes IT, quelles que soient leur envergure et leur expertise. L’hyperconvergence est un marché mature à destination de tous les secteurs d’activité.

La pertinence des UCaaS dans un monde de data

Quelques années encore et le RTC fera ses adieux. En passant à la Téléphonie sur IP, de nombreuses entreprises ont déjà engagé une première transformation. Mais les enjeux de demain...

Cloud et Edge Computing : modèle centralisé et architecture distribuée

A l’heure où les objets connectés se multiplient, l’Edge Computing s’impose comme un modèle prédominant. Dans le monde de l’IoT, traiter les données localement semble plus efficace que dans le datacenter ou le Cloud Computing.  Pour autant, le modèle Edge apparaît davantage comme une transformation logique du Cloud, doté d’un niveau de maturité supplémentaire.

Quand l’excellence technologique rencontre l’excellence automobile

Le sport automobile, le sport des extrêmes et des records, franchit encore une étape depuis qu’il s’intéresse de près aux technologies de l’intelligence artificielle et de l’analyse de...

De l’hyperconvergence à l’infrastructure composable

Alors que les infrastructures informatiques se complexifient, l’informatique des usages se rend toujours plus accessible. Les responsables informatiques assument la triple charge de répondre aux besoins quotidiens, devancer la variété des demandes, tout en garantissant la fiabilité, la stabilité et les performances d’une infrastructure complexe. Un défi, certainement, que l’on relève en imaginant une infrastructure capable conjointement de soutenir l’innovation et la création de valeur et de supporter efficacement les charges de travail traditionnelles.

Découvrez nos experts

Fréderic Charron

Directeur Technique IoT

Frédéri Mandin

Directeur Technique IA

Sébastien Hurst

Responsable Département Avant-Vente

Le cloud d’entreprise, aussi flexible que le cloud public

Allez, faisons table rase du passé. Balayons d’un revers de main les systèmes traditionnels, le shadow IT et l’attente interminable pour le moindre environnement de développement. Tournons-nous vers l’avenir et les infrastructures hyperconvergées et scalables, les catalogues de services riches et disponibles dans la seconde, les ROI satisfaisants.
Tout ceci, bien maîtrisé, sous contrôle, pour un vrai cloud privé, aussi efficace et sécurisé qu’un cloud public et surtout, prêt à l’hybridation.

L’hyperconvergence : la simplicité et l’évolutivité plébiscitées (saison 1)

Disposer d’une infrastructure plus performante pour améliorer l’efficacité opérationnelle : c’est là toute la promesse de l’hyperconvergence qui concentre le stockage principal et les fonctions de calcul en une seule et même solution. Après plusieurs années de développement, le modèle se structure autour d’une technologie aujourd’hui mature qui propose une gamme d’appliances et de services associés en réponse à l’infrastructure classique.

Stockage : faut-il séparer la tête et les jambes ?

En découplant la couche « gestion et services » de la couche propre au stockage, le SDS (Software Defined Storage) s’inscrit dans un environnement plus large de solutions software-defined qui fait la distinction entre le logiciel et le matériel. Flexible, évolutif, économique… le SDS mise sur l’intelligence logicielle pour faire évoluer les infrastructures et répondre aux enjeux de performance.

Données d’entreprise : l’optimisation est dans le stockage

Capital de l’entreprise, les données se déplacent vers des périphériques de stockage secondaire, là où elles résident en masse, souvent en ordre dispersé. La croissance exponentielle du volume de data tend vers une harmonisation du paysage de stockage et une nouvelle gestion des données. Question d’équilibre entre accès, coûts et performance. 

Le Edge Computing déplace le centre de gravité des données

Gestion plus souple des données, réduction du temps de latence et de l’empreinte énergétique liée à l’infrastructure, évolution de l’entreprise vers une architecture sans serveur… C’est la promesse du Edge Computing, une alternative au Cloud Computing, qui dessine les contours d’un nouvel environnement analytique… à la périphérie du réseau.

A chaque typologie de données, son infrastructure de stockage

L’explosion du volume des données pose de plus en plus la question de leur stockage. Si les entreprises s’intéressent de près aux algorithmes de stockage, c’est parce que les données orientent les décisions stratégiques. A condition de choisir la solution de stockage la plus adaptée à la fréquence d’accès aux données.

IA et Infra : font ils bon ménage ?

Utilisée pour extraire du sens, traiter des requêtes, produire de meilleurs résultats et prendre rapidement les bonnes décisions, l’intelligence artificielle nourrit beaucoup d’espoir, et quelques craintes aussi. Pour autant elle fait de plus en plus l’unanimité dans les entreprises qui la jugent « critique » pour leurs activités. Avec l’IA se dessine un nouveau paysage des infrastructures technologiques où se rencontrent la puissance informatique et le Big Data.

Le serverless computing chamboule les infras

Mauvaise nouvelle pour les servers huggers *, le Serverless Computing ou « l’informatique sans serveur » est une tendance des plus fortes du moment, et même selon certains, plus importante que pour les containers de type Docker. En effet, selon les analystes de Reportlinker, la taille du marché, estimée à 4 milliards de dollars en 2018 devrait atteindre plus de 14 milliards d’ici 2023, avec un taux de croissance de 28% annuel.  

Pourquoi tant d’engouement ? Avec la prolifération des micro-services et l’émergence du modèle Devops, on se concentre de plus en plus sur les applications plutôt que sur le serveur. L’informatique sans serveur est cependant encore mal comprise. Une étude de Digital Ocean, un fournisseur de Cloud américain, révèle qu’un développeur sur deux ne saurait pas ce que c’est.

Recevez par mail les articles et actualités de Au coeur des InfrasJe m'inscris à la Newsletter